09/03/2009

Atelier "les p'tits riens" - Festival OFF'09 - note d'intention & propositions d'écriture (en bloc)

banner OFF09
Un atelier d’écritures qui tournera autour de rien, de petits riens, de ce rien qui emmène à côté, qui donne du mal, qui rend nerveux, fou et/ou génial... mais qui vous fera écrire un peu de tout.

 

Les auteurs abordés (s’il y en avait à choisir parmi les 45 798 auteurs pas assez reconnus, je le ferais mais ça ferait des jaloux) seraient "abbés, abracadabrants, agités du bocal, algébristes, anticipateurs, archi-monarques, astrologues, astronomes, barjos, barrés, bizarres, botanistes, bricoleurs, cafouilleurs, calculateurs, calyptologues, candidats, cantonniers, capitaines, casse-pieds, cénobites, chimériques, cinglés, conquistadors, coprophages, copulateurs, cosmogones, cosmographes hérétiques, craqués, débridés, dégénérés, délirants, dérangés, dingos, éjaculateurs, énergumènes, enragés, éperdus, étymologistes, excentriques, excités, extravagants, fadas, faiseurs d'histoire(s), farfelus, faux-dauphinomanes, fêlés, fétichistes, fissurés, foldingues, follets, frappa-dingues, généticiens, géographes, géologues, géomètres, givrés, gogols, hallucinés, haricologues, hermaphrodites, hygiénistes, hypnotiseurs, (il)logiciens, illuminés, insensés, inventeurs ivres, journalistes, linguistes, logographes, loufoques, mabouls, mathématiciens, médecins, médicastres, mégalomanes, messies, météorologistes, militaires, monarques, musiciens, mystificateurs, myth(étym)ologistes,notaires, obsédés, occultistes, ondinistes, ouf, panlatinistes, persécutés, persécuteurs, pétitionnaires, philanthropes, philosophes, piqués, politiciens, polygraphes, possédés, préhistoriens, prodiges, prophètes, quadrateurs, racistes de tous poils, rêveurs, rhétoriciens, romanciers, saugrenus, savants, schizophrènes, sinoques, siphonés, sociologues, sonnés, stratigraphes, tarés, théoriciens, timbrés, toqués, universalistes, urbanistes, versificateurs, visionnaires, zinzins, zoologues, etc."*

Vous viendez?

*( © Marc Ways )

 

Ecrire avec rien, des petits riens, des moins-que-riens, des tout-pour-rien, ….
Le festival OFF ouvre la place aux petites choses qui valent la peine. Pour écrire autour du rien, il suffi(rai)t peut-être d’observer, de contempler et de rapporter presque littéralement ce qui se passe juste là, autour de nous.

MAIS
Ici, nous sommes au OFF. OFF comme (
définitions & expressions) : tourné (viande, etc. ).• rance.• avarié.• trop fait (fromage).• desserré.• défait.• pas en forme.• annulé.• à court de. • He is off today: il est absent aujourd'hui.• To be better off: être mieux sans.

• en dehors. • Expression de l'extériorité, de la distance, de la suppression.• de l'extinction.• Off and on: par moments.• par instants.• To go off one's head: perdre la tête.• To be off one's head: avoir perdu l'esprit.• We were cut off: nous avons été coupés.• Off the Isle of Wight: au large de l'île de Wight.• Off the record: officieusement.

Il y a une intention, celle de déborder, de renverser, de prendre à contre-courant, de décaler, d’inverser les rôles, etc.

Donc nous écrirons haut, mal, laid, moche, dur, cru, sale, défait, sans rien, avec rien… vous viendez ?

 

Propositions d’écritures de 10h30 à 12h57:

 

Ø      Petite chose humble. modestie


Histoire de ne pas glissssser tout de suite dans l’euphorie… en littérature, en édition, en arts plastiques, les intentions sont toujours grandiloquentes, les applications souvent moins admirables, donc, partons petit, ainsi, tout l’avenir est devant.

Selon les linguistes, les statisticiens, les geek du mot, voici une des versions des classifications de la langue française[1], ses quelques cinquante mots les plus utilisés seraient:

Le, de, un, être, et, à, il, avoir, ne, je, son, que, se, qui, ce, dans, en, du, elle, au, pour, pas, vous, par, sur, faire, plus, dire, me, on, mon, lui, nous, comme, pouvoir, avec, tout, même, aller, voir, bien, sans, tu, ou, leur, homme, autre, deux, grand, petit, beau, premier, bon, …

Allez-y, n’utilisez qu’eux, les verbes pouvant être conjugués, les homophones, les homonymes[2], quelques onomatopées et les mots-(re)composés sont les bienvenus…

Un exemple d’homophone ? Citons Alphonse Allais dans ses « CONSEILS À UN VOYAGEUR TIMORÉ QUI S'APPRÊTAIT À TRAVERSER UNE FORÊT HANTÉE PAR DES ÊTRES SURNATURELS »

Par le bois du Djinn où s'entassent de l'effroi
Parle ! Bois du gin !...ou cent tasses de lait froid.

15 minutes d’écriture (ou 20 si nous ne sommes pas plus de 4)

 

Ø      Petite chose moche gargouille


Ah ha ! Les fautes de français, les incontournables pataquès (cent (z)euros ?), le baragouin, le charabia, les lapsus, le galimatias, les tournures pléonastiques[3], bref, pour aborder la langue « bien » écrite, encore faut-il reconnaître les chose sà ne pas faire ou les utiliser à bon escient. Donc, ici, on se dé-frustre, on débloque, on dévie, on dévide son crachoir, on explose son quota, on dit merde à Bernard Pivot (ou à Maître Capello), on sort les monstres…

 

Reprenez votre texte (en extraits ou en entier) de la première proposition et mélangez le avec tout ce qui ne se fait pas… avec délectation, bien entendu.

 

15 minutes d’écriture (ou 20 si nous ne sommes pas plus de 4)

Ø      Petite chose polyglotte[4]tongue_split


Parce que le OFF adopte plusieurs mondes, moult peuples et leurs langages, reconnus ou dispersés, et que son intention s’apparente à un courant universel qui a le pour et le contre en fondation soit
la MONDIalisation, qui eut autrefois un synonyme anoblissant : l’Universalité.

Au fil des siècles, du latin à la méthode pour sourds et muets, en passant par les essais de Descartes, du père Marsenne, de l’Abbé de l’Epée et de Leibnitz, puis au XIXe siècle avec l’apparition démesurée de méthodes de langues universelles (le volapük, l’espéranto, le sabir, le bolak, le stipone, le spokil, [5] …), l’évolution annonce qu’il faut de plus en plus tourner ses langues dix-sept fois dans sa bouche avant de communiquer[6].

Frisson dei giorni
in Ewigkeit
Nebbia sed sorriso
Orgasme with Ophelia
Venix nos sicut aurora

                       Jean Tardieu

Employez les mots de langues étrangères, de langues étranges (néologismes?), de langues capricieuses, de langues interdites, … nouveau texte ou texte reprenant les choses d’avant, à votre plaisir, m’essieux drames. Poème ou anecdote

15 minutes d’écriture (ou 20 si nous ne sommes pas plus de 4)

 (ndl’a : J’aurais bien illustré la consigne avec une Tour de Babel je trouvais ce « tongue split » (réalisation sans trucage, c’est une transformation chirurgicale) beaucoup plus… parlant !)

Ø                 Petite chose négative beckett_alberola_rien

 Dans un monde manichéen, le OFF serait le parfait contraire du IN, mais dans l’écriture, dans la Vie, dans le corps, dans le cœur, il n’y pas de dichotomie ultime, de pensée unique, alors faisons la paix… oui, mais pas tout de suite.

Ecrivons d’abord pour libérer le cri, en passant par la négation, le CONTRE, le OFF, le NON !!!!!

« je ne ricane plus je ne souris plus
je ne baisse plus les yeux ni ne les lève
je ne les frotte même plus je ne dors pas

je veille comme une pierre sans ombre »

Philippe Soupault

donc

PLUS, PAS, NON, SANS, RIEN, et les verbes comme retirer, soustraire, enlever, ôter et les autres substantifs, adverbes, adjectifs de l’absence, de la disparition.

La forme atteint le fond.

15 minutes d’écriture (ou 20 si nous ne sommes pas plus de 4) 

Ø         Petite chose anti-sceptique

karcher_buildingVotre texte puzzle contient les pièces issues des propositions d’écriture.

En 2, 3 minutes, mettez en parenthèses ou barrez une phrase sur deux ou trois, (et/ou des morceaux de phrase).

Vous êtes autorisés à ajouter trois conjonctions de coordination (mais, où, et, donc, or, ni, car, puis).

En gros, vous avez retiré 42% de votre texte.

Lisez ce résultat tronqué, assaini (?), …

Pourquoi débiter?

Parce que le budget du OFF est encore trop limité (raison économique)Parce que le re-travail fait partie de la (re)mise en écriture (raison raisonnable)
Parce que trancher fait ressortir le goût (raison glorificatrice)
Parce que ! (raison infantile et frustrante)
Parce qu’ « un chef d’œuvre de la littérature n’est jamais qu’un dictionnaire en désordre[7] » (raison mystique)

 

Soyez contents, voilà du bon boulot ! Voilà du bon bouillon[8] !

 

 

THE END

 

On se quitte ?

C’était gratuit ou alors 2€ pour les copies.

 affiche off

Et maintenant ?

Antoine Boute lit…

 

13u-14u : Antoine Boute - Lecture d'extraits de petits livres de la série ZZ - Editions Ariane Bart

 

"Pendant qu'ils foncent vers la Hollande, le conducteur de la navette spatiale a fait un faux mouvement et il a foncé dans une autre planète, la planète de Choco. La planète de Choco est une planète toute brune, entièrement faite de choco, et où tout est du choco. Les maisons sont en choco, les routes sont en choco, les voitures, les vélos, les écoles, les arbres, toutes les plantes, tout est en choco et quand les gens parlent, c'est du choco qui sort de leur bouche."

 


[2] On appelle homonymes des mots qui ont le même son mais un sens différent. Les homonymes peuvent avoir la même orthographe : dans ce cas ce sont des homonymes qui ne sont pas homophones OU une orthographe différente : dans ce cas ce sont des homonymes homophones.

[3] but final, car en effet, choisir entre deux alternatives, comme par exemple, commencer d’abord, comparer ensemble, continuer encore, donc par conséquent, enfin pour conclure, joindre ensemble, mais cependant, …

[4] Différence entre langue internationale et langue universelle http://fr.wikipedia.org/wiki/Langue_construite

[6] Exemple audible de langage simplifié sur http://www.canalacademie.com/Un-langage-simplifie.html

[7] Citation de Jean Cocteau

[8] de cultures, bien sûr !

 

22:56 Écrit par Milady dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

SMART BLOG!

Écrit par : zabou | 14/03/2009

Les commentaires sont fermés.