12/01/2011

des choses écrites...

17543_full.jpg

« Un poète est la chose la moins poétique qui soit ; car il n’a pas d’identité – il est constamment forme – et matière d’un autre Corps – Le Soleil, la Lune, la Mer, les Hommes et les Femmes, créatures impulsives, sont poétiques et possèdent en eux un attribut permanent – le poète n’en possède aucun ; il n’a aucune identité – il est certainement la moins poétique de toutes les créatures de Dieu. Si donc il n’a pas de moi, et si je suis un poète, qu’y a-t-il de surprenant à ce que je dise que je ne veux plus écrire ? »

 

Extrait d’une lettre de Keats à Richard Woodhouse, le 27 octobre 1818.

 

« (…) En d’autres termes, l’amour de la poésie ne va jamais sans la haine de la poésie. C’est pourquoi sans doute Keats choisit pour exprimer ses vues sur la poésie non pas le manifeste ou l’essai théorique, mais précisément la correspondance, et la correspondance la plus personnelle, la plus singulière qui soit, sans arrière-pensée de publication, c’est-à-dire sans souci d’un lecteur anonyme, d’un general reader dirait-on en Anglais. La théorie, quand théorie il y a, ne prétend jamais s’élaborer de manière désincarnée, mais toujours dans le mouvement même, dans le jeu de la création qui est celui-là même de la vie. »

 

Robert Davreu, Keats ou l’essence de la poésie. Extrait de la préface de Seul dans la splendeur (anthologie de poèmes de John Keats traduits par Robert Davreu), Points Seuil, 2009.

10:32 Écrit par Milady | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Salut, j`ai vraiment aimé votre post. Je ne suis pas connaisseuse dans la matière, avez-vous d`autres billets sur le même sujet ?
Continuez ainsi, c`est toujours agréable de lire vos articles !

Clemence.

Écrit par : Carrera | 27/04/2012

Les commentaires sont fermés.